Mab'ath : Anniversaire du début de la mission prophétique de Mohammad (ç)

Website du bureau de son Eminence Grand Ayatollah Naser Makarem Shirazi

صفحه کاربران ویژه - خروج
ورود کاربران ورود کاربران

Accéder au compte

Code de sécurité:

Identifiant:

Mot de passe:

Pour exploiter les options du site S‘inscrire LoginComment3 .
Classer par
 
makarem news

Note du jour

Mab'ath : Anniversaire du début de la mission prophétique de Mohammad (ç)

La mission du Prophète Muhammad (a. s.) dans l’invitation au monothéisme se distinguait par des preuves irréfutables qui reposaient sur des notions perceptibles qui ne pouvaient être mises en doute. Il n’apportait pas des exposés philosophiques complexes ou d’autres arguments compliqués que les gens simples ne pouvaient comprendre. Prophète Muhammad (a. s.) a évité cela et s’est appuyé sur les preuves palpables dans tous les phénomènes dans l’univers et dans la création de l’homme lui-même avec ses merveilleux systèmes tels que le cerveau, la vue, l’ouïe, etc. Ces preuves claires ont été mentionnées dans de nombreux versets du Saint Coran.

Nous sommes face au plus grand de tous les messagers d’Allah qui a détruit les idoles, ouvert les horizons de la connaissance et de la pensée, libéré l’homme des péchés de la vie et érigé pour lui le prestigieux édifice du développement et de la créativité.

Nous sommes devant la grande miséricorde accordée par Allah à son peuple pour l’encadrer, le guider vers ce qui est le plus droit, leur indiquer la voie à suivre et leur indiquer leur chemin.

Nous sommes devant le Don divin qui a inspiré le bien aux esprits, apporté la richesse et la créativité dans leurs comportements, leurs relations et leurs habitudes.

Nous sommes devant le plus grand réformateur de l’histoire de l’humanité, celui-là qui a construit les structures de la civilisation pour les nations des mondes et les peuples de la terre qui jadis vivaient dans le paganisme et la confusion.

Nous sommes devant le plus grand héros de l’histoire du monde entier qui a pu transformer l’histoire de l’humanité des ténèbres en une vie brillante, consciente, sécurisée, agréable et belle.

Nous sommes devant les extraordinaires héroïsmes qui ont refusé la médiocrité, l’assujettissement et l’asservissement et se sont rapidement mis en route pour proclamer la Parole d’Allah sur Terre et libérer l’homme de l’esclavage et des mauvaises habitudes.

Nous sommes devant le grand Prophète (ç) et avec lui son cousin Imam Ali (a. s.), qui était lui-même tout un symbole d’héroïsmes. Ils ont établi dans l’Arabie d’Orient les piliers de la foi en Allah sur lesquels sont bâties les puissances du bien et de la paix.

Nous sommes devant le don d’Allah au monde entier; le grand Prophète (ç) qui a dit: "Je ne suis qu’une miséricorde accordée".

Absolument tous les aspects de la grandeur humaine dans la conduite, les manières, les maximes et les enseignements du Prophète (ç) enrichissent la mentalité et la stimulent en permanence; pas la mentalité d’un certain âge, ni la culture d’un milieu particulier, mais les mentalités et les cultures de toutes les époques et tous les milieux à travers l’histoire.

La conduite du noble Prophète (ç) a jeté les bases éducatives et les méthodes vivantes du comportement de l’homme avec lui-même, sa famille et sa société. Ces méthodes suivent la nature de l’homme et les changements de temps, et réagissent sur la vie. Ils ne se heurtent pas à la nature ou aux règles de l’univers, mais ils resteront valables et l’homme ne pourra trouver son semblable ou autre substitut jusqu’à ce que la religion d’Allah règne entièrement sur la Terre et sur tout ce qui s’y trouve.

La mission prophétique est le don d’Allah à son peuple qui applique les règles de vérité, justice et rectifie ce qui dévie des systèmes de sa vie. En tout cas, la mission prophétique n’est pas liée aux lois auxquelles obéissent les gens dans le choix de leurs gouverneurs et dirigeants, mais elle est exclusivement entre les mains du Grand Créateur de l’univers, la source de la vie. Il est le plus avisé dans le choix de celui qui doit mener Son peuple, améliorer de leurs affaires, rectifier leurs comportements et purifier leurs âmes.

Depuis la première aube de l’histoire de l’humanité, Allah a choisi le meilleur parmi les gens pour leur confier la mission d’informer et répandre la bonté et l’amour parmi tous les peuples. Les prophètes ont mené la mission d’Allah et fait tout ce qu’ils pouvaient pour enseigner et guider leurs nations afin d’améliorer leur vie, leur assurer le bonheur, la dignité et la justice.

Le prophète Muhammad (a. s.), dernier et maitre des prophètes, accomplit aussi la mission de son Seigneur après avoir bravé toutes sortes de problèmes et de souffrances dans le but de sauver le peuple d’Allah des griffes de l’ignorance et des péchés. Il a fait couler des sources de connaissance et de sagesse partout, et il a porté des lanternes qui éclairèrent les voies à tous les peuples, illuminèrent les esprits, et guidèrent les égarés.

L’important dans l’envoi des prophètes est d’inviter les gens au monothéisme et l’adoration d’Allah seul, sans l’associer. La foi en Allah est une base sur laquelle sont bâtis tous les pouvoirs du bien, de la sécurité et de la paix. Celui qui croit en Allah le Seul et Unique ne commet pas de péché, de mal ou d’agression. Sûrement, tous les désastres des guerres et les calamités qui affligent les gens résultent du manque de foi en Allah. Par conséquent, l’invitation à la foi en Allah est la chose la plus importante que tous les prophètes gardaient dans leurs missions dans les nations. Vous ne consulterez pas la vie d’un des prophètes d’Allah sans y voir que les efforts pour inviter sincèrement les gens au monothéisme et la vraie foi en Allah, le Seul, sans partenaire. C’était la plus importante tâche dans toutes les missions des prophètes.

La mission du Prophète Muhammad (a. s.) dans l’invitation au monothéisme se distinguait par des preuves irréfutables qui reposaient sur des notions perceptibles qui ne pouvaient être mises en doute. Il n’apportait pas des exposés philosophiques complexes ou d’autres arguments compliqués que les gens simples ne pouvaient comprendre. Prophète Muhammad (a. s.) a évité cela et s’est appuyé sur les preuves palpables dans tous les phénomènes dans l’univers et dans la création de l’homme lui-même avec ses merveilleux systèmes tels que le cerveau, la vue, l’ouïe, etc. Ces preuves claires ont été mentionnées dans de nombreux versets du Saint Coran.

Il convient de mentionner que la plupart des versets coraniques révélés sur le monothéisme et réfutant les mentalités de l’ère préislamique (Jahiliyyah, ignorance) ont été révélé à La Mecque et non à Médine, parce que les habitants de La Mecque étaient des idolâtres alors que Médine, adopté bien après comme capitale par le Prophète (a.s.), comptait peu de païens et d’athées. Son peuple embrassa facilement l’Islam et le défendit corps et âme. Dans cette illustre cité, la Parole du Monothéisme a rayonné et étendue ses lumières aux nations du monde et aux peuples de la Terre.

La mission du Prophète (a. s.) ne se limitait pas au monothéisme et aux autres rites spirituels, elle incluait aussi tous les aspects et les affaires de la vie. Le Prophète (a. s.) avait établi les systèmes pour l’individu, la famille, la société et l’état. Il avait également établi les politiques étrangères et intérieures du gouvernement fondées sur la pure justice et la vérité.

La mission de l’Islam s’tend à tous les aspects de la vie et ouvrent de nouveaux horizons à la raison. Elle se soucie pleinement de la connaissance et en a fait la base de chaque chose, même dans les témoignages ou les suppositions n’ont pas de place. L’Islam ne permet pas l’imitation aveugle des ancêtres en ce qui concerne les croyances et recommande de croire sur la base de la connaissance et la certitude et adopter des croyances qu’on pourra défendre en toute conviction devant Allah et soi-même.

Parmi les priorités du Prophète (a. s.) on note le souci de faire disparaitre la pauvreté et l’indigence. Il a légiféré (par le commandement d’Allah) des impôts tels que la zakat, le khums et l’assurance sociale. Il a incessamment encouragé les actes de bonté et de générosité envers les pauvres, il a établi ses systèmes économiques dans le but de promouvoir le bien-être parmi tous les gens et empêcher la monopolisation de la richesse par une poignée de personnes. Il a strictement interdit les méthodes qui conduisent à l’accumulation de richesse entre les mains d’une certaine classe ou groupe de personnes. Il a interdit l’usure, l’exploitation, le monopole des aliments, l’injustice dans les transactions et l’escroquerie. Il a légiféré la loi de l’héritage pour lutter contre l’enrichissement excessif en empêchant la concentration de l’héritage entre les mains de l’enfant ainé comme le cas dans quelques pays occidentaux. En effet, l’économie islamique peut favoriser le bien-être au sens, large du terme, pour tous les peuples.

De la législation de l’Islam se dégagent des mesures curatives générales en matière de santé physique et la promotion de la médecine préventive. L’Islam déconseille l’excès de nourriture. Allah dit : «Mangez et buvez [les nourritures licites], [mais] ne commettez pas d’excès, car Allah n’aime pas les gaspilleurs et ceux qui commettent des excès»[1]. L’excès de nourriture entraine beaucoup de complications et provoque des maladies de l’estomac, l’obésité et les maladies cardiaques. Si les musulmans respectent ce code de vie, ils n’auront pas besoin d’aller voir des médecins ou prendre des médicaments, sauf pour des besoins d’immunité.

Des moyens que le Prophète (a. s.) a demandés dans cette préoccupation sont la propreté qu’il a considérée comme une partie de la foi. La propreté ne se limite pas à son corps, mais elle comprend ce que l’homme mange, boit, porte et où il vit et travaille en dehors des rues, des magasins et de toutes sortes de bâtiments afin de prévenir la propagation des maladies et des épidémies.

Quant à la personnalité du Prophète, elle a laissé ébahi l’univers avec son haut rang, sa perfection et sa vertu. Dans toutes les étapes de sa vie, le Prophète (a. s.) était le plus haut exemple de la perfection humaine dans tous les sens du mot. Depuis sa jeunesse, il était loin de l’amusement et de tout ce qui est insensé. Il ne se mêlait pas aux pratiques de la jeunesse de Qouraysh caractérisées par la débauche et la lubricité. Il était le plus véridique, le meilleur dans la consolidation des liens de parenté et le plus altruiste, surtout à l’égard des pauvres, de tous les peuples. Sa femme Khadija (qu’Allah lui fasse miséricorde) lui a souvent dit : «Vous consolidiez les liens de parenté, vous portez de la nourriture (aux pauvres), divertissiez les invités et aidiez les gens éprouvés par des calamités.

Un poète a dit de lui :

"Vous avez été créé purifié de tous les défauts, comme si vous avez été créé selon votre désir.

En effet, Allah l’a créé pour les vertus, la perfection et la haute moralité loin de toute sorte de défaut ou d’erreur.

Autre chose dans la personnalité du Prophète dépasse la limite de la des c r i p tion ou des éloges; il avait une grande volonté et une détermination que personne n’avait jamais eu à travers l’histoire. Il a entrepris seul la mission d’Allah et combattu ses proches parmi lesquels son oncle Abu Lahab, et la plupart des gens de son clan. Il ne se souciait ni d’eux ni de leur résistance. Il a résisté à toutes leurs agressions, et il communiqué son message éternel : «Si on me met le soleil dans ma main droite et la lune dans ma gauche pour abandonner cette affaire, je ne le ferai pas jusqu’à ce qu’Allah le fasse prévaloir ou Je mourrai pour cela ». Il resta haut comme une montagne. Il n’a pas tardé à faire de la propagande pour ses principes et ses valeurs jusqu’à ce qu’Allah l’aidât à triompher et proclamer haut dans cette société païenne la parole du monothéisme. Il a détruit leurs idoles, leur ignorance, leurs mauvaises croyances, leurs mauvaises habitudes et leurs mauvaises traditions.

Le messager d’Allah (a. s.) a annoncé sa mission dans les quartiers de La Mecque son bercail, au sein d’un peuple réputé pour son égoïsme, sa fierté et son orgueil. Et naturellement, sa mission s’est heurtée à leurs croyances, leurs traditions, leurs habitudes et leurs désirs. Ils étaient en colère et éprouvaient de la haine. Alors, ils s’étaient tous accordés pour étouffer cette lumière dans l’œuf. Ils ont tenu tête à cette mission de toutes leurs forces. Les dignitaires radiaux du pouvoir et de l’autorité Qouraysh, dirigés par leur chef Abou Soufyan, combattirent le Prophète (a.s.) avec tous les moyens qu’ils disposaient, et il essuya d’eux toutes sortes de souffrances et de troubles. Ils se moquèrent de lui et ordonnèrent à leurs enfants de lui jeter des pierres, la cendre, la poussière et même les ébats et les déchets. Son frère et cousin Ali Ibn Abou Tâlib (a.s.) recherchèrent protection contre eux. Malgré son jeune age. Ali (a. s.) était toujours à ses côtés pour chasser et empêcher les enfants Qouraysh de le blesser.

Durant ces moments éprouvants, personne ne se rangea du côté du messager d’Allah excepté son oncle Abou Tâlib le fidèle Qouraysh, chef de La Mecque. Abou Tâlib éleva la mission, y crut avec dévouement et fit de son mieux pour la soutenir. Il arma ses fils pour défendre et garder le Prophète (a. s.). A la tête de ses fils on voyait le héros immortel de l’Islam, Imam Ali (a. s.) qui sacrifia sa vie pour le Prophète (a. s.) et le soutint dans toutes les situations et batailles. Donc, Abou Tâlib et ses enfants étaient la force de dissuasion qui protégeait le Prophète (a. s.) contre les méfaits de Qouraysh.

Abou Tâlib crut en l’Islam, ses valeurs et ses enseignements étaient profondément ancrés en lui. Il déclarait :

"J’ai réalisé que la religion de Mohammad est la meilleure des religions de l’humanité"

Abou Tâlib encourageait souvent et toujours son neveu (Prophète Muhammad) à persévérer dans sa mission et à ne pas reculer devant les agissements des Qouraysh, leur résistance et leurs méfaits. Il dit dans un de ses poèmes (s’adressant au Prophète (a. s.)):

"Par Allah, ils ne vous atteindront pas avec toutes leurs foules, jusqu’à ce que je sois enterré.

Alors, proclame ta mission sans aucune crainte! Sois-en fier et repose-toi tranquille "[2]

Qu’Allah récompense Abou Talib avec tout ce qui est bon pour son dévouement et ses grands efforts pour protéger le Prophète (a. s.). Autrement, les Qouraysh se seraient débarrassés de lui et de sa mission depuis son berceau. Dans un chapitre qui viendra, nous reviendrons sur quelques prouesses lumineuses du jihad d’Abou Talib en faveur du Prophète (a. s.) et l’Islam.

Les faibles, les handicapés et les esclaves de La Mecque crurent en l’Islam et embrassèrent ses principes et ses objectifs. Ils étaient certains que l’Islam était venu les libérer de la cruauté et la persécution des Qouraysh. Ils étaient certains qu’ils seraient les maitres plus tard et les tyrans de Qouraysh des esclaves soumis.

Des jeunes éveillés parmi les Qouraysh, qui avaient une bonne pensée et une clairvoyance, avaient également embrassé l’Islam, tout comme un bon nombre de femmes Qouraysh. Ils méprisaient les idoles des Qouraysh et se moquaient de ces statuettes qu’ils vénéraient comme des dieux saints. Cette avait sérieusement suscité la colère des dignitaires Qouraysh et la haine qui les animait les poussait à torturer sévèrement les musulmans. Ils avaient engagé les supplices sur les musulmans faibles qui n’avaient pas de tribu pour les protéger ou une autorité pour se défendre contre le châtiment des dignitaires Qouraysh. Yasir, Sumayyah, Ammar, Bilal al-Habashi, Khabbab Ibn al-Art et Abdullah Ibn Mas'ud étaient parmi ces premiers musulmans qui avaient subi beaucoup de tortures de la part des Qouraysh arrogants. Abou Jahl avait inventé différents types de tortures atroces contre les musulmans faibles, mais tout cela n’avait pas réussi à les éloigner de l’Islam. En fait, cela cultiva plutôt des qualités de patience, de persévérance et de détermination. Ils n’étaient ni confus ni hésitants dans ce en quoi ils avaient cru.

Le Prophète (a. s.) permit à ceux qui croyaient en sa mission d’émigrer en Abyssinie pour adorer Allah en toute sécurité là-bas. Le Prophète (a. s.) resta à La Mecque avec certains membres de sa famille et d’autres croyants, malgré les préjudices et la persécution.

Quand le Prophète (a. s.) fut touché par la mort de son oncle Abou Tâlib, il n’avait plus de soutien solide ou une autorité qui pourrait le protéger des complots et des attaques des Qouraysh qui avaient fini par décider de l’éliminer physiquement. Leurs hommes armés d’épées encerclèrent sa maison attendant l’aube pour l’attaquer et l’éliminer. La révélation descendit et lui ordonna de quitter La Mecque. Il sortit dans l’obscurité de la nuit sans qu’aucun de ces quarante assaillants ne se rendent compte. Il ordonna à son frère et son cousin Imam Ali (a. s.) de dormir dans son lit (le Prophète) à sa place, et Imam Ali (a. s.) répondit avec plaisir d’être sacrifié pour le messager d’Allah.

Le Prophète (a. s.) se dirigea vers Yathrib (Médine) où les foules de gens le reçurent avec joie et délices car il avait honoré leur cité en y venant. Grâce à eux il ressentit la sécurité après la peur, la force après la faiblesse et la détente après la souffrance.

Le Prophète (a. s.) ne s’était même pas reposé un moment à Yathrib. Il entreprit d’unir et réconcilier les gens de Médine, plus particulièrement les deux principales tribus al-Aws et al-Khazraj qui vivaient dans la rancune, et les bains de sang depuis longtemps. Le Prophète (a. s.) célébra la fraternité entre eux et dissout la rancune et la haine qui les animaient. Le Prophète (a. s.) célébra aussi fraternisé entre les Muhajireen (émigrants)[3] et les Ansar (assistants) et les lia par le lien de la fraternité islamique plus forte que la fraternité de parenté. Il bâtit une mosquée (la mosquée du Prophète) et l’érigea comme un centre pour son gouvernement et un institut pour répandre ses enseignements. L’Islam s’est répandu aussi vite que la lumière et le grand Etat islamique a été établi. Cet Etat s’est en peu de temps étendu à la plupart des coins du monde et la Parole d’Allah a été proclamée parmi les nations et les peuples de la Terre.

Le Prophète (a. s.) a changé les méthodes sombres de la vie qui était basée sur l’ignorance, l’agression et la misère. Il a supprimé ce terrible cauchemar et propagé à la place la lumière, la connaissance, la sagesse, la sécurité et la facilité.

Cette étude a apporté de la lumière sur certains aspects de la grande personnalité, la sainteté et la grandeur du Prophète Muhammad (a. s.) auxquels tous les hommes de science et les doués d’intellect ont cru. L’histoire de la vie du Prophète est véritable mine de pensée, de développement et de créativité. En effet, sa vie est une histoire de l’humanité dans toutes ses dimensions et ses affaires. D’illustres orientalistes comme Ernest Renan, Goldzieher, Stock Harjo, Gustave Lebon et d’autres ont reconnu cela. Certes, la civilisation de l’Islam a été établie à La Mecque, Médine, Bagdad, Damas, Le Caire, al-Qayrawan, Cordoue, Grenade, elle a contribuée à la diffusion de la civilisation à Londres, Paris, Rome et Berlin.[4]

Louange à Allah Qui nous a donné l’occasion d’écrire une grande encyclopédie sur la vie des imams infaillibles; les imams de l’orientation et les lanternes de l’Islam, qu’Allah les couvre de bénédictions et de paix. Il a couvert une grande partie de leurs préoccupations et a reçu l’acceptation et la satisfaction des lecteurs qui ont montré leur éloge et leur gratitude à son égard. Mais, j’ai trouvé en moi et dans ma conscience blâmable un sentiment de faiblesse pour n’avoir pas écrit sur la vie de leur grand-père, le maitre des prophètes et le dernier des messagers. Et maintenant, avec l’aide et la bonté d’Allah, je commence une étude approfondie sur la vie du Maitre des Prophètes et les grandes souffrances qu’il a affrontées et endurées dans l’accomplissement de la mission de son Seigneur au sein de cette société borné qu’il sauva des superstitions et de l’ignorance.

 


[1] Coran 7 : 31

[2] Asna al-Matalib fee Najat Abi Talib, p. 25.

[3] “Les Mouhâjireen” sont les premiers Musulmans qui émigrèrent de la Mecque pour Médine et “les Ansar” désignent les gens de Médine qui crurent en le Prophète (a.s.), le protégea lui ainsi que ses adeptes. 

[4] La Révolution de l’Islam et l’héroïsme des prophètes, p. 76.


Date de diffusion: « 2018/4/14 »
Invocation du 11ème jour de Ramadan

Encadrement spirituel du mois béni de Ramadan 11

Invocation du 11ème jour de Ramadan

Invocation du 9ème jour

Encadrement spirituel du mois béni de Ramadan 9

Invocation du 9ème jour

Invocation du 8ème jour de Ramadan

Encadrement du mois béni de Ramadan 8

Invocation du 8ème jour de Ramadan

Invocation du 7ème jour du Ramadan

Encadrement spiritual du mois béni de Ramadan 7

Invocation du 7ème jour du Ramadan

Invocation du 6ème jour de Ramadan

Encadrement spirituel au mois de Ramadan 6

Invocation du 6ème jour de Ramadan

Invocation du 5ème jour de Ramadan

Encadrement spiritual du mois béni de Ramadan 5

Invocation du 5ème jour de Ramadan

Invocation du 1er jour de Ramadan

Encadrement spirituel du mois du Ramadan 1

Invocation du 1er jour de Ramadan

Invocations du 2ème jour de Ramadan

Encadrement spirituel du mois béni de Ramadan 2

Invocations du 2ème jour de Ramadan

Invocation du 3ème jour de Ramadan

Encadrement spirituel du mois de Ramadan 3

Invocation du 3ème jour de Ramadan

Invocation du 4ème jour de Ramadan

Encadrement spirituel du mois béni de Ramadan 4

Invocation du 4ème jour de Ramadan

Invocation du 6ème jour de Ramadan

Encadrement spirituel au mois de Ramadan 6

Invocation du 6ème jour de Ramadan

Invocation du 5ème jour de Ramadan

Encadrement spiritual du mois béni de Ramadan 5

Invocation du 5ème jour de Ramadan

Index des suggestions
*Texte
*Code de sécurité http://makarem.ir
Nombre de visiteurs : 292