Les anciens et riches manuscrits sont emprisonnés dans les bibliothèques

Website du bureau de son Eminence Grand Ayatollah Naser Makarem Shirazi

صفحه کاربران ویژه - خروج
ورود کاربران ورود کاربران

Accéder au compte

Code de sécurité:

Identifiant:

Mot de passe:

Pour exploiter les options du site S‘inscrire LoginComment3 .
Classer par
 
makarem news

Discours de l’Ayatollah Makarem Shirazi

Les anciens et riches manuscrits sont emprisonnés dans les bibliothèques

« Les anciens et riches manuscrits sont emprisonnés dans les bibliothèques. Malheureusement, les dirigeants des célèbres bibliothèques aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger ne nous laissent pas faire des copies de ces anciens manuscrits pour que les chercheurs les exploitent.

Révélant que ces anciens et riches manuscrits chiites sont emprisonnés dans les bibliothèques, le grand Ayatollah Makarem Shirazi déclare : « malheureusement, les directeurs des célèbres bibliothèques aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger, ne nous laissent pas faire une copie de ces manuscrits afin que les chercheurs puissent les exploiter ».

Selon la cellule médiatique du congrès international du rôle du chiisme sur la promotion et la propagation des sciences islamiques, le grand Ayatollah Makarem Shirazi a prononcé un discours à la cérémonie d’ouverture du congrès. Parlant depuis le grand podium de la salle de conférence « noble prophète » du séminaire imam Moussa Kâzim, l’Ayatollah Makarem Shirazi affirme :

« Le but de ce congrès pour nous est de j o i ndre les efforts, faire comprendre au monde l’énorme contribution des imams infaillibles et des savants chiites dans l’émergence et le développement des sciences islamiques et louer le sincère et inestimable service des savants chiites tout au long de l’histoire de l’islam en faveur de la religion et les sciences islamiques.

Nous sommes réunis aujourd’hui, pour porter au grand jour un très important fait dans l’histoire de l’islam et montrer au monde l’inestimable service des imams chiites ainsi que des savants de cette école pour le développement et la diffusion des sciences islamiques.

Pas besoin de le mentionner, nous ne voulons guère essayer de minimiser l’important rôle des écoles musulmanes et leurs savants dans l’émergence et le développement des sciences islamiques. Cependant, ce congrès n’essaie pas de simplifier les efforts des autres écoles islamiques et nous avons toujours apprécié les efforts des autres savants dans la promotion des objectifs de l’islam. Ce congrès a été organisé sur la base de deux principes importants : premièrement respecter tous les autres confessions islamiques et deuxièmement, il est essentiellement scientifique dans sa nature et les débats, loin de tout ambition politique ».

Ce référant à l’importance de la science en islam, son éminence déclare aussi : en islam, tout dans le monde commence et se termine avec la connaissance et la science. Beaucoup d’enseignements islamiques montrent la grande et importante place accordée par l’islam à la science et à la connaissance. Par exemple, selon le saint coran, la raison pour laquelle Adam (paix sur lui) fut privilégié au-dessus de tous les anges (qui s’étaient prosternés pour lui) n’est rien d’autre que la connaissance qui lui avait été accordée et à laquelle les anges n’avaient pas accès.

Il a ajouté : selon les livres Majma al bayan, du regretté Tabarsi ; l’expression du coran « ilm al asmâ » est selon les compagnons du prophète et la seconde génération des musulmans, la connaissance des aspects matériels et physiques de la vie de l’Homme aussi bien que les aspects spirituels.

Revenant sur la vieille question à savoir si la connaissance d’Adam (paix sur lui) était inhérente ou acquise, le grand Ayatollah Makarem Shirazi souligne : « cette connaissance inhérente est passée depuis des générations mais elle s’est effacée progressivement après des milliers d’années. Le privilège d’Adam (paix sur lui) sur les anges selon le saint coran repose sur sa connaissance immense dont les anges n’ont pas eu accès et la descendance d’Adam (paix sur lui) est aussi respectée sur la base du niveau de leur savoir »

Il a ensuite mentionné la fin du monde et l’avènement de l’imam Mahdi « même l’imam Mahdi sera fier, pas pour son pouvoir mais pour la vaste connaissance de plusieurs choses qu’Allah lui a accordées. Selon une tradition de l’imam al Sadiq (a.s) toute la connaissance du monde se repartie en vingt-sept parts. Les humains n’ont accès qu’à deux parties avant l’avènement de l’imam Mahdi. Après sa réapparition, les autres vingt-cinq parts de la connaissance seront accessibles à l’humanité, et les sciences de l’Homme seront parfaites.

Il précise le fait que l’islam est une religion fière car il est apparu au milieu d’un peuple ignorant qui vivait sur la base des superstitions et il les a élevés au degré plus important de la connaissance. Et aussi, les savants musulmans et les scientifiques sont devenus les figures les plus proéminentes de la société. Il a également affirmé à cet égard : ce congrès a été organisé pour célébrer les efforts scientifiques et l’exploit des savants chiites qui ont apporté une grande contribution à l’émergence, au développement, et la propagation des diverses sciences islamiques, mais donnt la contribution demeure inconnue ou mal appréciée »

Son éminence a aussi ajouté : les dirigeants oppresseurs et les groupes extrémistes qui existent dans toutes les sociétés et que nous séparons de nos frères sunnites ne laissent pas la possibilité aux gens de connaitre les travaux de ces savants et les apprécier »

Le grand Ayatollah Makarem Shirazi continue : entre autres atrocités commises par les ennemis de la famille du prophète, il y a l’incendie des bibliothèques dans lesquelles les travaux des savants chiites et les ressources des Ahlul-bayt étaient conservés. C’est la raison pour laquelle certains savants chiites avaient enterré leurs livres afin de les protéger et d’empêcher qu’ils soient découverts. C’est également l’une des raisons pour lesquelles beaucoup des œuvres scientifiques des savants chiites n’ont pas été découvertes »

Revenant sur certaines atrocités commises contre l’école chiite à travers la destruction des ressources chiites dans différents domaines il déclare que Sheihk Tousi a passionnément cherché à œuvrer pour le rapprochement des écoles des pensées islamiques, le grand Ayatollah Makarem Shirazi note : lorsque la dynastie Seljukide essayait de s’emparer du monde musulman, un groupe extrémiste avait profité de l’opportunité offerte par ce chao pour envahir le domicile de Sheihk Tousi et mettre le feu sur sa bibliothèque personnelle. »

Son éminence a ensuite fait allusion à la bibliothèque de la grande mosquée d’Isfahan et la grande mosquée Marv comme de grands réservoirs de livres et références chiites qui ont été détruits. Il déclare en effet :

« Un simple regard sur l’histoire révèle comment dans différents domaines les groupes extrémistes et les dirigeants tyranniques ont eu à attaquer les bibliothèques chiites et détruit d’immense ressources des sciences islamiques et des références chiites et des livres »

 Déclarant que  Shahid Awal a écrit beaucoup de livres sur la jurisprudence islamique, le grand Ayatollah Makarem Shirazi affirme :

« Shahid Thani est l’un des plus prééminent savant chiite si experts en droit qu’il avait écrit en seulement six mois six jours un livre intitulé « Sharh lum’a » qui est un important élément des jurisprudences chiite ».

Parlant du boycott des livres des savants chiites ainsi que l’interdiction de les préserver dans les bibliothèques, les écoles, les universités et les séminaires islamiques, Il continue : c’était une autre stratégie utilisée par les fanatiques anti chiites tout au long de l’histoire pour empêcher les gens d’avoir accès aux œuvres scientifiques des savants chiites »

Remarquant le fait que les bibliothèques chiites sont pleines des livres des frères sunnites et les auteurs dans différents domaines des sciences, son éminence déclare : nous n’avons aucune crainte d’exploiter les ressources scientifiques des sunnites. Mais les extrémistes dans différents pays non seulement ne permettent pas l’exposition des livres chiites dans les bibliothèques, ils ne permettent pas aussi aux gens de s’approcher de ces livres ».

Le grand Ayatollah Makarem Shirazi a par la suite noté : « bien sûr, nous séparons les frères sunnites modérés des extrémistes et nous avons une relation académique et des correspondances avec qu’eux »

Il met en évidence le fait que ce congrès est un moyen pour essayer de mettre à jour les réalités concernant la contribution du chiisme au développement des sciences islamiques. Son éminence affirme : le regretté Seyyed Hassan Sadr, Aqha Bouzourg Teherani et Sayyed Mouhsin Amine ont fait de considérables progrès vers la présentation au monde de l’énorme contribution de l’école chiites dans les sciences islamiques, mais ces efforts ne sont pas suffisants »

Le grand Ayatollah Makarem Shirazi a également mis un accent sur le fait que le congrès a été actif durant deux ans jusqu’à cette grande rencontre, et plus de quatre cent élites et chercheurs chiites et sunnites et aussi des chercheurs non musulmans ont travaillé dans beaucoup des sciences islamiques afin de détecter les contributions des savants chiites. Il note également à cet effet : le résultat de ces intensives recherches pendant deux ans à travers beaucoup de livres et de référence ont permis d’élaborer plus de cinquante livres et faire la liste des contributions des savants chiites dans beaucoup de domaine des sciences islamiques. Ces livres vont demeurer des véritables références dans l’histoire de l’islam.

Il a aussi affirmé : ces livres ouvriront de nouveaux horizons à ceux qui aiment la famille du prophète ainsi que les informations qu’ils contiennent, même si elles paraissent encore un mystère même pour nous ».

Son éminence a également souligné que ces livres doivent être traduits et publier dans différentes langues et il a ajouté : on attend également à ce que ces livres soient publiés en de petits volumes et bien évidemment les valables sujets qui ont été traités dans ce discours y seront aussi ajoutés »

Le grand Ayatollah Makarem Shirazi a aussi noté : ce sujet doit être l’objet de beaucoup d’attention dans les séminaires islamiques et l’histoire de l’islam. La contribution des savants chiites dans ces sciences doit être aussi expliquée et enseignée aux étudiants du séminaires »

Déclarant que l’une des missions du congrès international du rôle de l’école chiite dans la promotion et la propagation des sciences islamiques est de publier des anciennes manuscrits chiites, son éminence ajoute : « les copies des anciens manuscrits ne sont pas mises à la disposition des chercheurs. Malheureusement, les dirigeants de célèbres bibliothèques que ce soit à l’intérieur du pays qu’à l’étranger ne nous laissent pas faire des copies de ces anciens manuscrits afin que les chercheurs puissent les exploiter et ces riches livres demeurent dans des prisons appelées bibliothèques »


Date de diffusion: « 2018/5/11 »
Index des suggestions
*Texte
*Code de sécurité http://makarem.ir
Nombre de visiteurs : 470